« Cher Bart De Wever… »

Billet radio pour la RTBF (la Première), 29 mars 2011 – Ecoutez le podcast

Cher Bart ,

Vous le savez, depuis des mois, toute la planète francophone se demande si vous voulez réellement un accord. Certes, la question est mal posée : naturellement, si on accepte tout le programme de la NVA, on peut former un gouvernement en deux heures – ce sera d’autant plus facile qu’il ne restera alors que deux ou trois ministres fédéraux.‎

Je fais partie des quelques observateurs qui pensent depuis plusieurs mois que votre parti est psychologiquement incapable de nouer un compromis communautaire. Attention, je n’ai pas dit que vous étiez un enfant-roi – je sais ce qu’il en coûte. Je dis juste que vous n’êtes pas dans l’état intellectuel, pour reprendre la formule d’un de vos anciens meilleurs amis, d’accepter un accord qui, par définition, exigerait de vous un vrai renoncement. « Le nationalisme, écrivait le psychologue Jean Piaget, tient à une attitude d’esprit plus qu’à toutes les raisons historiques, ethnographiques ou linguistiques réunies ». J’aimerais beaucoup recueillir votre avis d’historien nationaliste sur cette pensée. Vous avez tellement basé le profil de la NVA sur le refus de la compromission des accords belgo-belges que par définition, tout compromis sérieux pour les autres sera une défaite pour vous. Vous savez, il m’arrive parfois de me dire que les partis francophones devraient plus franchement faire campagne sur l’extension de Bruxelles, sur la circonscription fédérale, voire sur la refédéralisation des matières régionales ; non pas tant pour voir ces revendications aboutir que pour faire évoluer votre conception des limites acceptables et gagner enfin votre respect.

Cher Bart, plus je vous observe, plus naît une autre conviction : en fait, vous ne savez pas où vous allez. Votre bonhomme assurance, votre ironie postmoderne ne suffiront bientôt plus à masquer l’évidence, et même aller visiter le 10 Downing street ne pourra plus faire diversion  : vous êtes  dans les choux, si vous me passez l’expression, et vous sentez bien que tôt ou tard ça va se voir. Au-delà des apparences votre victoire électorale vous plombe, parce qu’elle vous donne des responsabilités que vous n’aviez aucune envie d’exercer : votre projet, c’était de miner les fondations du pays peu à peu, par les esprits, par une guérilla parlementaire et médiatique, et pas de vous retrouver à devoir négocier hic et nunc avec ces satanés francophones des choses impossibles à obtenir… Alors, puisqu’il n’y pas de véritable issue, vous faites de votre mieux pour vous faire éjecter, mais sans partir par vous-même. Votre rêve, même si vous ne pouvez pas le dire tout haut, c’est de voir former un gouvernement sans vous. Tout le monde serait content. On pourrait enfin gouverner ce pays, et vous pourriez continuer à faire ce que vous aimez faire : vous plaindre des francophones et des mauvais Flamands sans vous salir les mains, continuer votre chronique dans le Standaard sans devoir rendre des comptes sur une honteuse compromission, et surtout continuer à passer aux yeux de la Flandre pour un insoumis sans que votre parti se compromette avant d’avoir raflé sa part de communes promises en octobre 2012. Eh oui, on est peu de choses.

Alors, cher Bart, puisque le reste du monde s’agite, puisque nous n’avons plus le temps d’attendre,  puisque nous savons vous et moi que ça se terminera comme ça, n’hésitez plus : libérez les autres partis flamands, qui sont prisonniers de votre emprise comme des lapins aveuglés par les phares de la voiture qui va leur rouler dessus. Autorisez-les à gouverner sans vous. Dans leur état de décomposition actuel, vous le savez, seule une telle prise de parole de votre part les déféodalisera. Je vous le promets : la réforme de l’État qui s’en suivra sera profonde, pétrie de concessions francophones, mais évidemment insuffisante pour votre parti, donc sans danger pour votre fonds de commerce. Mais, dans l’intervalle, vous souscririez ainsi à la seule marque de responsabilité, qui, aujourd’hui, soit compatible avec la situation et l’état de vos si pures convictions.

Vous connaissez sûrement cette pensée de Tacite, cher Bart : Major e longinquo reverentia. L’éloignement augmente le prestige. Vous le voyez, vous n’avez rien à perdre.


Sur le même sujet :

R.E.S.P.E.C.T.

Les nouveaux (et inattendus) belgicains

Le joueur de casino

Bart l’historien et le peuple élu



Catégories :Chroniques Radio

Tags:, , ,

4 réponses

  1. Cher François De Smet, ce billet de votre part n’a aucunement une certaine forme de profondeur que l’on pourrait espérer (revendiquer) de qq qui a son propre blog : « naturellement en acceptant tout le programme du PS on peut former un gouvernement » dans les deux heures même pas en deux heures. Vraiment ridicule d’écrire des propos pareilles. Trivial n’est-ce pas?. Vous aussi vous vous foutez du monde en faisant croire que des paroles fausses mais style « politiquement correctes » comme fustiger la NVA et BDW rapporterai qq chose. N’êtes vous pas en mesure de discuter sur le contenu, de faire prévaloire vos arguments sur ceux des autres? Eh bien apparament vous n’en êtes pas capable. Vous paraphrasez est tellement facile : »L’éloignement augmente le prestige. Di Rupo s’en est rendu compte depuis début septembre. Il ne veut rien perdre et tenir en mains le pouvoir illégalement (affaires courantes ad eternam) en plus. Il s’est éloigné depuis! », tellement facile signifiant que vous avouez par delà que vous n’avez pas d’opinion personelle à exprimer. Example 2 « Je veux juste dire que le PS n’est pas dans l’état intellectuel, d’accepter un accord qui, par définition, exigerait de lui un vrai renoncement à l’article 1 paragraphe 1 des statuts du PS qui est basé sur des paroles de Bakounine de 1869 concernant une certaine « l’internationale » ». En plus concernant « la circonscription fédérale » : la NVA ne le refuse pas, êtes vous au courant ??, mais sans sonnettes d’alarmes biensûr! Une voix d’un Belge = une voix d’un autre Belge. Ni plus ni moins. Alors les partis politiques francophones sont-elles d’accord ? Vous faut-il des privilèges ad perpetuum pour les francophones? Une minorité « Belge » dans la « Belgique » est-ce concevable ? …

    • pour votre exemple 1, que je sache Elio di rupo (je précise que ma voie ne va pas vers lui ni le PS) ne veut pas la fin du pays, les propositions qu’il a mis sur la table n’affaibliraient pas la flandre… citez moi dans sa note et la note van de lanotte quelque chose de positif par rapport à la situation actuelle pour la wallonie? et quelque chose qui tend vers l’affaiblissement de la flandre? avec les propositions de dewever par contre le curseur est tout pour la flandre, et indifférence envers les francophones ….

      dans l’exemple 2 il faut avoir un QI de poulpe pour ne pas voir le piège gros comme une maison tendu par de wever, dire je ne suis pas contre mais alors on retire la dernière chose qui empêche la flandre d’appliquer la dictature de la majorité, c’est vraiment prendre les francophones pour des cons. ne fût-ce que l’évoquer est une insulte à l’intelligence des politiciens francophones ….

      • Les propositions de Di Rupo, ne rien changer au fonctionnement du niveau fédéral et de proposer aux états fédérés une fonction de ‘guichet’, émanant du fédéral, dirigé par le fédéral, n’est en rien ‘la grande réforme’ revendiqué ‘en paroles’ par le PS et d’autres partis politiques francophones. L’écriture sur la pancarte au dessus du guichet ‘Etat Fédére X’ n’a aucun sens. Autant laisser ‘Etat Fédéral’.

        En faisant le lien avec votre 2ième paragraphe, « la dictature de la majorité » – votre façon de paraphraser une démocratie sur base d’une circonscription unique – il faut le faire et oser le dire – vous exprimez clairement qu’aujourd’hui il y a une dictature de la minorité, droit de véto qui bloque le pays. Et oui, rien à voir avec la NVA ni BDW. Fustiger la NVA et/ou BDW ne sert uniquement à en détirer l’attention. Il est clair qu’à partir de la les propositions ‘status quo’ de Di Rupo affaiblissent bel et bien la Flandre (la Communauté et p.c. aussi la Région). La Flandre vote à majorité à droite et est continuellement bloqué par un véto de la gauche de la communauté minoritaire francophone. Ce que K. De Gucht a appelé poliment ‘une conférence diplomatique permanente’. Les propositions de De Wever n’affaiblissent nullement les autres Etats Fédérés puisque chaque Etat Fédéré obtient les mêmes pouvoirs au niveau des régions et des communautés.

        Le statu quo, autant désiré par une majorité de la communauté francophone, n’est rien d’autre que le statu quo du bloquage actuel. Tout de même pas si difficile à comprendre.

        Oui les propositions de De Wever n’affaiblissent nullement la Région Wallonne puisque celle-ci obtient les mêmes pouvoirs que la Région Flandre. En théorie cette théorie est exacte. Le problème biensûr est que la Région Wallonne ne se porte pas aussi bien que la Région Flandre : taux de chômage (ou taux d’activation si vous préférez), l’état providence qui a fait son chemin en mettant l’accent des investissement trop sur la bureaucratie (fonctionnaires) et pas assez sur des véritables projets d’investissement dans le passé, même pas besoin de parler du clientélisme social.
        Problème qui peut être résolu.

        Alors de deux choses l’une: soit une circonscription unique fédérale à majorité simple, soit mettre en application l’article 35 de la constitution: chacun maître chez soi et pour sa communauté.

        Le bloquage de ce pays, effectué par une minorité, n’a aucun future. Fustiger X Y Z ou W du matin au soir cela n’y changera rien!

  2. J’inviterais les intellectuels à relire Gérard Mendel et la Révolte contre le père.
    Il est à craindre que tout message adressé à la N-VA imprégné de psychologie risque de glisser comme du beurre sur une toile cirée mais cela n’en reste pas moins nécessaire, à la fois pour les francophones mais aussi pour les flamands qui n’ont pas versé dans la psychose paranoïaque (houlà, je prends des risques). Pour le moment, la N-VA, c’est la stratégie du gorille par rapport à celle du chimpanzé.
    Gageons sur le plus sage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s