Myria

Myria – Centre fédéral Migration

Myria

Depuis le 3 septembre 2015, le Centre fédéral Migration est devenu Myria.

Myria, en grec, est le préfixe de dix-mille ; il renvoie à la multitude, au flux, aux populations, à l’humain et à son interdépendance avec son environnement. En se nommant Myria depuis le 3 septembre 2015, le Centre fédéral Migration souhaite se singulariser comme institution publique indépendante, simplifier son identification et donc son accessibilité par les autorités, les associations, les centres de recherche et les citoyens.

Myria en quelques mots

Myria est le Centre fédéral Migration. Depuis le 15 mars 2014, il exerce en tant qu’organisme public autonome en toute indépendance trois missions légales complémentaires :

  • veiller au respect des droits fondamentaux des étrangers
  • informer sur la nature et l’ampleur des flux migratoires
  • stimuler la lutte contre la traite et le trafic des êtres humains

Mieux comprendre, mieux protéger

La mission de Myria est de promouvoir, auprès des pouvoirs publics et des citoyens, une meilleure compréhension de ces matières et une approche fondée sur le respect des droits de l’Homme et sur la connaissance des faits. Il exerce cette mission dans un esprit de dialogue, de collaboration et de respect.

Au centre des enjeux

Myria est au carrefour institutionnel, politique et scientifique des enjeux liés à la migration, aux droits fondamentaux des étrangers et à la traite des êtres humains. Il a par nature vocation à être en lien avec toutes les strates de la société : autorités, centres de recherches, associations, ONG, citoyens.

Direction

Le 16 mars 2015 François De Smet est entré en fonction en tant que premier directeur du Centre fédéral Migration. Docteur en philosophie, il avait déjà travaillé plusieurs années au sein du département « Migrations » de l’ancien Centre pour l’égalité des chances.

Conseil d’administration

Le conseil d’administration de Myria, désigné le 24 avril 2014, est composé de dix membres désignés par le Parlement fédéral comme membres de la Chambre fédérale du Centre interfédéral pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme et les discriminations. Ils sont nommés par arrêté royal. La parité homme femme et linguistique est respectée.

Historique

Myria, le Centre fédéral Migration, est l’un des deux organismes ayant hérité des compétences de l’ex-Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme, avec le Centre interfédéral pour l’égalité des chances. Celui-ci fut créé par la loi du 15 février 1993. Ses missions légales du Centre se composaient de deux piliers. Le premier – Discrimination & Egalité des chances – recouvrait la lutte contre la discrimination et la promotion de l’égalité des chances. Le second – Migration – veillait au respect des droits fondamentaux des étrangers, éclairait les pouvoirs publics sur la nature et l’ampleur des flux migratoires et stimulait la lutte contre la traite des êtres humains.

En juillet 2012, le Gouvernement fédéral, les Régions et les Communautés ont conclu un accord de coopération visant à transformer le Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme en une institution interfédérale de lutte contre les discriminations. Par ailleurs, les missions en matière d’analyse des migrations, de droits fondamentaux des étrangers et de traite des êtres humains ont été confiées à une institution séparée et fédérale: le Centre fédéral Migration, qui s’appelle Myria depuis le 3 septembre 2015.

En savoir plus: visitez le site web de Myria



Catégories :Interventions & presse