Le mythe de la souveraineté – EME (2011)

Le mythe de la souveraineté – Du Corps au Contrat social
EME, 2011 

La souveraineté, régulièrement identifiée comme un sujet de philosophie politique dérangeant pour notre modernité, est une notion dont le caractère abstrait constitue la condition de la pertinence comme arbitre de la régulation imposée par la figure de l’État et par la légitimité que celui-ci acquiert dans les structures de type moderne et démocratique. C’est parce que la souveraineté est abstraite que l’autorité est légitime. L’idée que la souveraineté ne fonctionne pas sans un soupçon d’abstraction qui permet de lier le principe d’autorité avec une logique rationnelle est au coeur de cet ouvrage, et renvoie de manière directe à ce que l’on a coutume de nommer la question théologico-politique.

La souveraineté constitue un mythe appelé à poser l’autorité sur un principe de légitimité qui permette son succès, dont les structures sont propres à la modernité mais dont la nature et les objectifs sont comparables aux mythes plus anciens : expliquer et justifier la présence d’une autorité par les hommes sur d’autres hommes, en faisant intervenir des catégories issues des idées politiques amenées par la modernité, au premier rang desquelles la subjectivité, comme critère rationnel de légitimité. De ce point de vue, du Corps au Contrat social, c’est un même enjeu qui se déploie dans l’histoire sous la forme de représentations contingentes.

François De Smet est docteur en philosophie et collaborateur scientifique au Centre de Théorie politique de l’Université Libre de Bruxelles. Ses domaines de prédilection sont la philosophie politique, l’histoire des idées et les enjeux contemporains. Il est également l’auteur de Les droits de l’homme, origines et aléas d’une idéologie moderne (Le Cerf, 2001), Colères identitaires (E.M.E., 2008) et La Clef écossaise (avec T. Bourlard, Véga, 2009).

Disponible sur demande en librairie ou à commander ici.



Catégories :Livres & films

Tags:, , , , , , , ,

1 réponse

  1. Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789

    Art. 3. –

    Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s