Actes du colloque « La démocratie, enrayée ? »

la-democratie-enrayee-

En mai et juin 2013 l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique organisait à Bruxelles un colloque international intitulé « La Démocratie, enrayée ? ».

Les actes de cette rencontre sont disponibles auprès des éditions de l’Académie.

Textes de Jacques Attali, Dominique Bourg, Jorge Braga de Macedo, Monique Canto-Sperber, Vincent de Coorebyter, François De Smet, John Dunn, Jean-Marc Ferry, James S. Fishkin, Hervé Hasquin, Paul Jorion, Paul Magnette, Jean-Claude Marcourt, John F. May, Philippe Maystadt, Walter Benn Michaels, Raffaele Simone, Lukas Sosoe,Vaira Vīķe-Freiberga, Yves-Charles Zarka.

« La démocratie, enrayée ? ». Ainsi posée, la question générique portée par le colloque international tenu à l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique à Bruxelles, les 30, 31 mai et 1er juin 2013, pouvait apparaître rhétorique. Elle se justifiait pourtant pleinement par la préoccupation des organisateurs de démarrer la réflexion au départ d’une perception largement partagée et contemporaine d’essoufflement du cadre démocratique institutionnel. Celui-ci fait face aux questions politiques, démographiques, économiques qu’impose l’agenda global d’une planète désormais mondialisée sur le plan de ses échanges commerciaux et humains, de ses flux d’informations, et mise au pied du mur de défis exigeant une entente de nature globale.

En définitive, le rôle ingrat de la démocratie serait de parvenir à se protéger à la fois de l’irresponsabilité et de la frilosité, en ressuscitant une vision de l’intérêt général. Cela ne sera guère facile et nécessite de réconcilier l’intérêt général et les intérêts particulier, les jeunes et les vieux, les employés et les ouvriers, les investisseurs et les travailleurs, et de dépasser cette rupture que Pierre Desproges moquait lorsqu’il nous disait que « la démocratie c’est aussi la victoire de Belmondo sur Fellini ou du top 50 sur Mozart ». Telle est la nouveauté de l’ère nucléaire et financière : la loi du plus grand nombre, que le même Desproges dénonçait parce qu’elle n’est que la loi de la médiocrité sur l’intelligence, s’efface finalement elle-même devant les devoirs que nous donnent ceux qui nous suivront, et dont nous n’avions pas été habitués comme espèce, jusqu’ici, à envisager que nos actions présentes pourraient les empêcher tout simplement de vivre. Ce qu’on nomme « démocratie enrayée » pourrait bien préfigurer une bataille décisive entre ceux qui pensent à la prochaine élection et ceux qui parviennent à faire penser les citoyens à la prochaine génération.

A commander sur le site de l’Académie.



Catégories :Livres & films

Tags:,

3 réponses

  1. à lire aussi, l’excellent travail de thèse de Madame Docteur Anne-Emmanuelle Bourgaux Université Libre de Bruxelles – Faculté de Droit et de Criminologie :
    -La démocratisation du gouvernement représentatif en Belgique : une promesse oubliée

  2. Je l’ai acheté et l’ai lu (en version Epub)…Une belle synthèse, intéressante à divers points de vue…Surtout un bon constat…hélàs, peu de pistes de « solutions »…

  3. Lorsqu’un lobby appelle ouvertement à la censure, comment peut-on encore parler de démocratie en Europe ?!

     » Le CRIF aimerait que Dieudonné soit moins visible sur YouTube  » – 18 déc 2013

    http://www.numerama.com/magazine/27837-le-crif-aimerait-que-dieudonne-soit-moins-visible-sur-youtube.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s